Feux d’espaces naturels cet été : le préfet de l’Eure salue l’engagement des sapeurs-pompiers

 
Feux d’espaces naturels cet été : le préfet de l’Eure salue l’engagement des sapeurs-pompiers

Après plus d’un mois d’un engagement important, Fabien CHOLLET, directeur du cabinet du Préfet de l’Eure, s’est déplacé au Centre d’incendie et de secours de Saint-André de l’Eure pour saluer et remercier des effectifs engagés contre les feux d’espaces naturels. Il était accompagné du colonel Frédéric LEGUILLER, directeur adjoint du Service départemental d'incendie et de secours.

Cette année a encore été marquée par de nombreux départs de feux sur l’ensemble du département. Au 10 août 2020, 420 interventions pour des feux d’espaces naturels ont été réalisées (dont feux de sous-bois, de récolte, chaume, herbe, broussaille et végétation diverses). Au plus fort, 240 pompiers ont été mobilisés simultanément.

Grâce à l’action des sapeurs-pompiers de l’Eure, les surfaces brûlées n’ont été que de 356 hectares contre plus de 2 400 l’année dernière.

L’étroite collaboration avec la chambre d’agriculture a été soulignée permettant une politique renouvelée de prévention et de sensibilisation des agriculteurs. Le dialogue opérationnel constant entre les pompiers et la profession agricole a permis de renforcer l’anticipation notamment en prépositionnant des moyens par les agriculteurs ou en renforçant les gardes des pompiers volontaires.

Pour autant, et notamment dans le contexte actuel de sécheresse des sols et des végétaux, ces chiffres mettent également en lumière la nécessité pour les particuliers de maintenir une vigilance constante lors des activités de plein air (mégots, brûlage des déchets verts ou barbecue par exemple).

Pour les collectivités, l’enjeu de la mise à disposition des ressources en eau au plus proche des habitations demeure cruciale. La mise en œuvre du règlement départemental de défense extérieure contre l’incendie est donc nécessaire pour protéger nos concitoyens. L’obligation d’un point d’eau à moins de 200 mètres de toute habitation est un dispositif protecteur pour tous, habitants, sapeurs pompiers et élus.

Encore cet été, les sapeurs-pompiers ont dû intervenir à plusieurs reprises dans des secteurs d’habitation protégés par des capacités en eau insuffisantes voire inexistantes. Des maisons ont pu être détruites pour cette raison.

De nombreux maires ont poursuivi l’effort d’investissement réalisé. Enn 2020 avec le soutien constant de l’État. Ainsi, 106 projets de renforcement de la défense incendie ont été soutenus par l’État au titre de la DETR pour un montant de 1 150 700 euros soit 35 % de l’investissement. Le conseil départemental apporte également une aide complémentaire de près de 560 000 euros. Au total, plus de 51 % des investissements des collectivités sont pris en charge.