Une carte scolaire adaptée aux contextes des territoires

 
Une carte scolaire adaptée aux contextes des territoires

La priorité au primaire est de nouveau réaffirmée cette année avec la création de 2 489 ETP dans un contexte de forte baisse démographique de 56 243 élèves au niveau national. Dans l’académie de Normandie, ce sont 4 801 élèves en moins scolarisés dans le 1er degré.

Malgré la baisse du nombre d’élèves dans le 1er degré, aucun poste ne sera supprimé. De même, les postes d’accompagnement des réformes (remplacement, décharge de directeur, inclusion scolaire, conseiller pédagogique) s’élèvent quant à eux à 30 emplois.

Cette dotation permet de :

  • Pérenniser un taux d’encadrement favorable :
    • Le nombre d’enseignant pour 100 élèves n’a jamais été aussi élevé avec un ratio de 5,8 contre 5,7 au national.
    • En maternelle, le constat fait état de 22 élèves par classe contre 23 au national.
    • En élémentaire, le nombre d’élèves par classe est de 20 contre 21,5 au national.
  • Poursuivre des objectifs de justice sociale et de correction des inégalités territoriales :
    • La scolarisation obligatoire des enfants dès 3 ans
    • La non fermeture d’école rurale sauf accord du maire
    • La poursuite du plafonnement à 24 élèves par classe de grande section, CP et CE1 dans tous les territoires et une attention particulière à la ruralité où 100% des effectifs de grande section, CP et CE1 sont à moins de 24 élèves par classe dans les écoles maternelles et primaires ou élémentaires rurales et rurales isolées.
    • Pour la ruralité, 1 nouveau dédoublement en CP-CE1 couplé à des mesures d’accompagnement (convention ruralité, TER, plan mercredi, petits déjeuners, bibliothèque, projet pour un socle numérique, crédits d’action culturelle, vacances apprenantes,…)

Depuis la mise en place du dispositif de dédoublement, 209 classes ont été dédoublées dont 192 en éducation prioritaire, 8 en rural et 9 en quartier politique de la ville. 2 448 élèves bénéficient donc de meilleures conditions d’apprentissage.

  • Renforcer les moyens de remplacement :
    • Création de 14 postes de brigade de remplacement permettant d’assurer une meilleure qualité du service public, d’améliorer le climat scolaire et de former les enseignants sur les plans français et mathématique.
    • Moderniser le pilotage pédagogique en faveur des apprentissages fondamentaux et de l’inclusion scolaire
  • Développer des actions en faveur de l’inclusion scolaire avec la création d’une unité autisme et d’un poste de correspondant à la scolarisation MDPHMaison départementale des personnes handicapées.