France Relance dans l'Eure : les services de l'Etat mobilisés à vos côtés depuis 1 an

Le plan national de relance et de résilience

 

Plan national de relance et de résilience (PNRR), plan France Relance, plan NextGenerationEU : quels liens ? À quoi correspond donc le PNRR et comment s’inscrit-il plus largement dans les plans de relance européen et français ? Explications.

Qu’est-ce que le PNRR ?

Le plan national de relance et de résilience (PNRR)  présente les investissements pour lesquels la France sollicite un financement européen à hauteur d’environ 40 milliards d’euros. La bonne mise en œuvre du PNRR, se concrétisant par l’atteinte d’un ensemble d’engagements prédéfinis, permettra le remboursement des dépenses nationales engagées à cet effet.

Il s’insère, plus globalement, au niveau européen, dans le plan de relance NextGenerationEU , pour lequel les 27 États membres de l’Union Européenne se sont accordés en juillet 2020. Il s’agit d’un plan de relance historique de 750 milliards d’euros, destiné à soutenir les efforts de relance des États membres et favoriser un investissement massif dans la transition écologique et numérique.

L’objectif du PNRR ? renforcer l’efficacité des investissements et le potentiel de croissance de l’économie française.

Quels liens entre le PNRR et France Relance ?

Les investissements présentés dans le PNRR sont issus du plan France Relance national lancé en septembre 2020. Ainsi, le plan de relance européen contribue au financement du plan national à hauteur de 40 %, soit environ 40 milliards d’euros de subventions sur les 100 milliards du plan français.

Celui-ci priorise tout particulièrement les volets écologie, compétitivité et cohésion

Au même titre que le plan France Relance, le PNRR s’articule autour de trois priorités d’investissements et de réformes: l’écologie, la compétitivité et la cohésion sociale et territoriale.

Dans le détail, le PNRR est composé de trois grands volets et neufs composantes :

  • Écologie
    • rénovation énergétique (5,8 milliards d’euros) ;
    • écologie et biodiversité (2,1 milliards d’euros) ;
    • infrastructures et mobilités vertes (7 milliards d’euros) ;
    • énergie et technologies vertes (5,3 milliards d’euros).
  • Compétitivité
    • financement des entreprises (0,3 milliard d’euros) ;
    • souveraineté technologique et résilience (3,2 milliards d’euros) ;
    • mise à niveau numérique de l’état, des territoires et entreprises ; cultures (2,1 milliards d’euros).
  • Cohésion
    • sauvegarde de l’emploi, jeunes, handicap, formation professionnelle (7,5 milliards d’euros) ;
    • recherche, Ségur de la santé, dépendance, cohésion territoriale (7,7 milliards d’euros).

Le plan français comprend ainsi 50 % d’investissements en faveur de la transition climatique et 25 % d’investissements en faveur de la transition numérique. Des niveaux largement au-delà des cibles fixées par le texte communautaire , à savoir respectivement 37 % et 20 %.

Ce plan contient des réformes ambitieuses telles que le projet de loi Climat et Résilience qui accélérera la transition climatique, la loi Accélération et Simplification de l’Action Publique (ASAP) qui facilitera le développement des entreprises ou encore la réforme de l’assurance chômage pour favoriser l’emploi et limiter le recours excessif aux contrats de courte durée.

Un versement des fonds jusqu’en 2026

À plus long terme, et jusqu’en 2026, les fonds du plan de relance européen NextGenerationEU seront versés en fonction de la concrétisation des mesures incluses dans le PNRR, avec pour objectifs de renforcer le tissu économique du pays dans le temps et de bâtir la France de 2030.

La France est résolument engagée pour la relance de son économie et dans la poursuite de la mise en œuvre d’un agenda ambitieux de réformes. La mise en œuvre du Plan contribuera activement au dynamisme de la France et de l’Union Européenne.

Acheter en vrac en toute sécurité : quels sont les bons gestes à adopter ?

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, de nombreux Français s’interrogent sur la manière de faire leurs achats en vrac en toute sécurité. Pour répondre à cette attente, le ministère de la Transition écologique et solidaire s’associe à Réseau Vrac pour informer commerçants et consommateurs sur les bonnes pratiques d’hygiène à appliquer pour faire ses courses en vrac sans risque, tout en limitant la transmission du virus.

Le communiqué de presse

L'affiche téléchargeable