Feux d’espace naturels : un été brûlant dans l’Eure

 
Feux d’espace naturels : un été brûlant dans l’Eure

Les très faibles précipitations des mois de juillet et d’août 2022 ont été additionnées aux nombreux pics de chaleur qui ont favorisé le déclenchement de feux d’espaces naturels. Terres agricoles lors des moissons, haies, talus et forêts ont été fortement impactés par ces incendies. La préfecture (SDIPC) et le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDISService départemental d'incendie et de secours) ont été fortement mobilisés. Du 12 au 16 août, un incendie en forêt domaniale a nécessité un engagement exceptionnel des services de l’Etat. Retour d’expérience.

Le vendredi 12 août 2022, en début d'après-midi, les sapeurs-pompiers de l'Eure ont reçu de nombreuses demandes de secours pour de multiples départs d'incendies. Le centre opérationnel d'incendie et de secours (CODIS) a coordonné l'envoi de nombreux moyens.

A 15h30, la multiplication des foyers, et leur concentration au nord-ouest du département, a amené le SDISService départemental d'incendie et de secours 27 à alerter la préfecture pour anticiper une montée en puissance du dispositif. L'incendie d'Ecaquelon qui jusqu’ici avait impacté des talus, des champs et un sous-bois, pénètre dans la forêt domaniale avec un embrasement rapide dans une zone au relief prononcé. Selon l'ONFOffice national des forêts et le SDISService départemental d'incendie et de secours, des centaines d’hectares auraient pu être menacés.

Ce sont aussi des habitations, des lignes électriques, une voie ferrée et un refuge pour animaux qui ont été menacés. L'ensemble des moyens de lutte disponibles a été engagé et le directeur départemental du SDISService départemental d'incendie et de secours 27 a pris le commandement des opérations après une reconnaissance à bord de l’hélicoptère Dragon 76. La gravité de la situation a impliqué une mobilisation sur site de la préfecture (SIDPC), de la Croix Rouge Française pour un appui au ravitaillement des effectifs et des éventuels évacués, de la gendarmerie nationale et du conseil départemental pour la mise en place de déviations. Des élus locaux, de nombreux agriculteurs et des sociétés de pompage ont été mis également à disposition pour le ravitaillement ou l'acheminement de citernes de grande capacité.

L'ampleur du sinistre et la complexité de la lutte au sein même du massif ont conduit à demander à la zone de défense Ouest l'engagement de renforts venus des SDISService départemental d'incendie et de secours 45, 49, 61, 72 et 76. La lutte a impliqué jusqu’à 120 pompiers simultanément. Afin de garantir l'approvisionnement en hydrocarbures des engins, et grâce à une collaboration civilo-militaire étroite, la base aérienne 105 a mis à disposition un camion ravitailleur qui a permis de maintenir le dispositif à un niveau optimal.

Les opérations de surveillance et de traitement des reprises ont été terminées le 16 août.

Au final, seuls 42 hectares de forêt domaniale ont été détruits au cours de cet incendie considéré comme le plus important pour un massif forestier eurois depuis 1976. Il aura été un point culminant d'une campagne de feux d'espaces naturels et de forêts qui aura mis à l'épreuve mais validé le dispositif de prévention et de lutte créé en 2020.