Égalité réelle entre les femmes et les hommes au sein des services de l’État

 
Égalité réelle entre les femmes et les hommes au sein des services de l’État

Après l’adoption de la « Charte portant engagement en faveur de  l’égalité réelle dans les services de l’Etat » en 2021, l’Etat se dote d’un réseau de référents «  égalité » et « violences sexistes et sexuelles ».

Le 8 mars 2021, les services de l’Etat dans l’Eure adoptaient la « Charte portant engagement en faveur de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes dans les services de l’Etat dans l’Eure ». Au-delà du symbole, il s’agissait d’affirmer une démarche volontariste des services et rappeler que l’Etat se doit d’être exemplaire  en matière d’égalité et de lutte contre toutes les formes de violences faites aux femmes.

La charte définit 6 objectifs prioritaires :

  • réunir les conditions d’une libre parole de toutes et tous ;
  • impliquer les instances représentatives du personnel dans la gestion de l’égalité  professionnelle ;
  • veiller à promouvoir l’égalité professionnelle ;
  • accompagner l’évolution de carrière des femmes ;
  • garantir une meilleure articulation entre vie privée et vie professionnelle ;
  • prévenir et lutter contre les violences sexistes et sexuelles.

Le 7 mars 2022, les directions des services, réunies pour un premier bilan autour du préfet, ont pu présenter le point d’avancement de cette démarche et valider le « plan d’action 2022 ».

La désignation de  référents « égalité » et « référents «  violences sexistes et sexuelles » dans tous les services est l’une des premières mesures prises dans le cadre du plan d’action 2022. Missionnés par le préfet pour cette tâche, les référents auront pour mission :

  • participation au réseau départemental des référents ;
  • mise en œuvre de la charte et du plan d’action au sein des services ;
  • information et sensibilisation de tous les agents aux risques de discrimination ;
  • information sur les droits, procédures d’alerte et dispositifs juridiques en cas de violences sexistes et sexuelles (référents « violences sexistes et sexuelles) ;
  • écoute, information et orientation des agents ;
  • contribution au dialogue social sur le sujet de l’égalité ;
  • conseil aux services RH afin de garantir l’égalité professionnelle ;
  • promotion des actions de prévention des stéréotypes de genre.

Le 23 mai, les référents de la préfecture, de la DDTMdirection départementale des territoires de la mer, de la DDPPDirection départementale de la protection des populations et de la DDETS ont pu échanger avec monsieur le préfet et présenter plus en détail leurs priorités d’actions pour 2022 :

  • communiquer sur les missions et se faire connaitre auprès de tous les agents ;
  • mettre en place la cellule départementale de signalement des violences sexistes et sexuelles ;
  • promouvoir la formation de tous les agents à l’égalité Femmes-Hommes ;
  • mettre en place une large concertation avec les instances représentatives du personnel et les services de ressources humaines pour une meilleure articulation entre la vie personnelle et la vie professionnelle.

Les référents « égalité » et « violences sexistes et sexuelles » peuvent être sollicités sur leurs thématiques respectives directement par les agents, les encadrants ou les représentants du personnel. Ils peuvent être sollicités sur des questions d’ordre général ou sur des situations individuelles.

Pour le SCCD : Yves Bertrand Nguyen Matoko (référent égalité et diversité)

Pour la préfecture : Magali Lelièvre (référente égalité)

Pour la DDETS : Blandine Fornier (référente égalité)/Isabelle Galerneau( référente violences)

Pour la DDTMdirection départementale des territoires de la mer : Josiane Agoua( référente égalité et violences)

Pour la DDPPDirection départementale de la protection des populations : Virginie Pasquet (référente « égalité)/ Anouck Miro (référente violences)