Signature de la charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des services de l’État

 
Signature de la charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des services de l’État

Si les femmes représentent 56% des agents de la fonction publique de l’Etat, leur représentation varie fortement en fonction des ministères d’appartenance et des catégories d’emploi :

Largement majoritaire dans l’Education nationale (72%) et les ministères sociaux (71%), elles ne représentent que 29% des agents du ministère de l’intérieur et 22% dans les armées.

Majoritaires dans les catégories C, B et A, elles ne sont que 34,5% dans les corps et emplois d’encadrement supérieurs et de direction.

En moyenne, le salaire des femmes dans la fonction publique de l’État est inférieur de 13,5% à celui des hommes et elles ne représentent que 34% des 1% des mieux rémunérés.

Si le statut des fonctionnaires, les processus de recrutement et de déroulement de carrière sont, à priori, des garanties d’équité et d’égalité entre les femmes et les hommes, la situation réelle constatée est donc bien différente.

A partir de ces constats, les services de l’Etat ont souhaité engager une stratégie globale dans la durée pour promouvoir l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, garantir à tous les agents une meilleure articulation entre la vie privée et la vie professionnelle et lutter activement contre toutes les formes de violences sexistes et sexuelles.

L’adoption de la « Charte portant engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les services de l’Etat » acte et formalise cet engagement autour des objectifs suivants :

  • Réunir les conditions d’une libre parole de toutes et tous ;
  • Impliquer les instances représentatives du personnel dans la gestion de l’égalité professionnelle ;
  • Veiller à promouvoir l’égalité professionnelle ;
  • Accompagner l’évolution de carrière des femmes ;
  • Garantir une meilleure articulation entre vie privée et vie professionnelle ;
  • Prévenir et lutter contre les violences sexistes et sexuelles.

La charte sera affichée dans tous les services pour favoriser l’émergence d’une culture commune sur le sujet.

Dans tous les services, des plans d’actions seront progressivement élaborés en lien avec les instances représentatives du personnel et des actions concrètes seront programmées à court ou moyen terme permettant l’atteinte de ces objectifs.

Blandine Fornier, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes, sera chargée d’accompagner les services dans la mise en œuvre de leurs plans d’action.

L’engagement des services fera l’objet d’une évaluation annuelle et d’une restitution dans le cadre des instances de dialogue social.