Groupement de gendarmerie

Présentation

 
 

Gendarmerie nationale
 
En 2018, l'effectif total de la gendarmerie nationale s'élève à 103 503 personnels militaires et civils.

Force armée instituée pour veiller à la sûreté et la sécurité publiques, elle assure le maintien de l’ordre, l’exécution des lois et des missions judiciaires, et contribue à la mission de renseignement et d’information des autorités publiques ; elle contribue en toutes circonstances à la protection des populations. a patrie et des intérêts supérieurs de la Nation. Elle est compétente pour 50 % de la population et 95 % du territoire national.

Elle se subdivise en gendarmerie mobile (GM), spécialisée dans le maintien de l'ordre, et en gendarmerie départementale (GD), plus particulièrement chargée de la sécurité publique.

Le groupement de gendarmerie départementale (GGD) est l’échelon de commandement de la gendarmerie départementale au niveau d’un département.

Groupement de gendarmerie départementale de l'Eure

Le groupement de gendarmerie départementale de l'Eure (GGD 27) est compétent pour 586 des 596 communes euroises et sur 14.000 kilomètres de routes et d'autoroutes.

Le GGD 27 est rattaché hiérarchiquement à la région de gendarmerie de Haute-Normandie (RGHN), à Rouen (76). Depuis le 1er août 2017, il est commandé par le colonel Cédric COLLARD. Au 15 octobre 2018, il est à l'effectif de 814 personnels tous corps confondus (officiers de gendarmerie et du corps technique et administratif ; sous-officiers de gendarmerie et du corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie ; gendarmes adjoints volontaires ; civils) pour un effectif théorique de 850.

Il est constitué des unités suivantes :

  • 1 état-major départemental implanté à Evreux, à vocation opérationnelle et de soutien ;
  • 1 centre d'opérations et de renseignement de la gendarmerie (CORG), directement subordonné au commandant de groupement ; il assure la gestion des appels d'urgence "17" ;
  • 1 brigade départementale de renseignements et d'investigations judiciaires (BDRIJ), directement subordonnée au commandant de groupement ; elle constitue une plate-forme judiciaire départementale destinée à soutenir et orienter l’action judiciaire des unités euroises, par le recueil et l'exploitation de l’information judiciaire, d'une part, et des traces et indices issus des scènes de crime, d'autre part ;
  • 1 brigade de prévention de la délinquance juvénile, directement subordonné au commandant de groupement ;
  • 1 escadron départemental de sécurité routière (EDSR) commandé par un officier de gendarmerie du grade de chef d'escadron ; 
  • 5 compagnies de gendarmerie départementale (CGD) à savoir Évreux, Bernay, Les Andelys, Pont-Audemer et Louviers, commandées par un officier de gendarmerie du grade de capitaine ou de chef d'escadron ;
  • 6 brigades territoriales autonomes (BTA) et 12 communautés de brigades (CoB) subordonnées directement à l'une des 5 CGD ; à la différence des BTA, les CoB se composent de 2 à 4 brigades de proximité mutualisant leurs moyens humains et matériels ; la zone de compétence des BTA et des CoB s'étend sur plusieurs cantons ; ces unités et les militaires qui y sont affectés, polyvalents, effectuent différentes missions de sécurité publique, de police judiciaire, de renseignement, d'intervention et d'accueil ;
  • 5 pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG), subordonnés directement à l'une des CGD ; ils ont prioritairement vocation à lutter contre la délinquance de voie publique, de manière préventive et dissuasive, dans les secteurs et les périodes les plus sensibles, notamment nocturnes ; ils permettent de réagir à des phénomènes de délinquance locaux, en appui de l'action des BTA et des CoB ; 2 d'entre d'eux sont qualifiés SABRE ; pour renforcer l’efficience du maillage territorial en termes d’intervention intermédiaire afin de permettre une projection rapide sur une tuerie de masse, ces derniers bénéficient d’un renforcement de leur niveau de formation et de leurs équipements (protections balistiques, armements, véhicules, etc.) adapté à ce spectre missionnel.
  • 5 brigades de recherches (BR) à hauteur d'1 par CGD, dédiées aux enquêtes judiciaires, en appui des CoB et BTA ;
  • 5 brigades motorisées (BMo) à Bernay, Évreux, Les Andelys, Pont Audemer et Verneuil sur Avre et 3 pelotons motorisés (PMo) à Bourg Achard, Courbépine et Gaillon ; ces unités ont pour mission de contrôler les flux et lutter contre l'insécurité routière ;

Pour remplir ses missions opérationnelles, dans le cadre de la sécurité publique ou dans le domaine judiciaire, le GGD 27 :

  • bénéficie du renfort des réservistes affectés en son sein (256, au 15 octobre 2018), en fonction de leur disponibilité et du budget alloué pour la réserve opérationnelle ;
  • est par ailleurs appuyé dans son action par des unités de gendarmerie de la Seine-Maritime (section de recherches de Rouen ; brigade fluviale de Rouen ; gendarmerie mobile ; ...) mais aussi extérieures à la région de gendarmerie de Normandie (section aérienne de la gendarmerie de Villacoublay ; groupe d'intervention de la gendarmerie nationale ; pôle judiciaire de la gendarmerie nationale ; brigade numérique ; ...).